AS'PYR

Calanques

 
8 aspyrateurs pour cette virée calanques repartis dans 2 voitures , celle des couche-tôt (Armelle, André, Pascal et Didier ) arrivés vers 7 h... du soir la veille, les plus "djeuns" (Maylis, Franck, Alain et Jean) vers 5h .....du matin le jour même.
Inutile de dire qu'au départ vers la calanque d'En-Vau, les occupants de la voiture 2 avaient l'oeil légèrement vitreux de la rascasse restée en plein soleil quelques jours sur les étals du vieux port.
Les sacs sont très lourds car il faut être autonome en eau (6litres chacun pour 1 jour et demi).
Franck, très prévoyant, avait prévu un bivouac en autonomie de bouffe et de vêtement de rechange pour au moins une bonne semaine mais comme il avait oublié le sherpa intégré qui va bien dans les bagages, André, son mentor, dû faire quelques coupes sombres dans son paquetage.
Arrivés à la calanque d'En-Vau ,Pascal prend les choses en main (sans briefing préalable, ce que l'on peut regretter) et parvient, après un petit détour "exploratoire", à atteindre la vire du grand rappel qui surplombe la mer bleue et verte si tentante.
Quelques passages aériens (avec les gros sacs), mettent vite tout le monde dans l'ambiance.
Nous arrivons à l'arche de Casteviel, qui sera notre bivouac pour la nuit, pour y déposer tout le matos et repartons pour la traversée de RAMONGH rebaptisée pour la circonstance la traversée de RAMOS.
 

 
Départ "chaud bouillant" par un magnifique rappel en fil d'araignée diversement apprécié par certaines sur la digestion.
Le cadre est somptueux , il fait beau ,pas trop chaud, la traversée est agrémentée de quelques passages "émotionnants" sans être réellement difficiles, le top quoi !
Retour à l'arche, avec le coucher du soleil, où nous attend le pastis et les cacahuètes transportés par Didier (dommage pour ceux qui n'étaient pas là , c'est la dernière fois qu'il le fait... et il ne le répétera pas 2 fois ...) et nuit magique en plein air sous l'arche qui surplombe la mer : moment rare ...
 
Le lendemain , vendredi, petite rando aérienne, dernier rappel et retour aux voitures pour refaire le plein d'eau juste à temps pour éviter un gros orage.
On apprendra, dans la soirée, que 2 randonneurs ont été foudroyés vers la Grande Candelle, ça refroidit un peu (humour noir).
Fin de la journée dans la calanque de Sormiou pour un bain de salubrité publique pour certains "qui ont fait le fight" sur la falaise du Roy d’Espagne dans l'après-midi , et GRAND MERCI A NILS qui a décidé de naitre pendant la nuit, on a bien bu à ta santé, au bord de l'eau ...
Tout cela nous fait arriver au col de la Gardiole à 23h, diner à la frontale durant lequel on a failli être agressé par une bête sauvage; Sacha, le sanglier, avait lui aussi une p'tite faim, en fait pas sauvage du tout. On a eu (surtout Didier) toutes les peines du monde à le faire fuir à défaut d'en faire du saucisson.
Cette péripétie terminée, la pluie menaçant, nous décidons de planter la tente, juste sous le panneau d'interdiction, histoire de conjurer le mauvais sort (135 euros d'amende par tête...) et là, alors que j'avais les piquets de tente à la main et le tapis de sol à mes pieds, apparait le 4X4 de l'office national des forêts.
Aie, aie, ça ne se présente pas bien du tout ...
Prêts à sortir le chéquier, nous avons la très bonne surprise d'entendre notre interlocuteur nous proposer de venir bivouaquer dans un pré, incroyable, la communauté des grimpeurs existe, nous en avons rencontré un adhérent !!!
Nous pensions en avoir fini avec les aventures de la journée mais un violent orage s'abat sur nous pendant la nuit. Ca pète de tous les cotés, feu d'artifice gratuit : on est aux premières loges.
Notre tente, avec l'option "piscine intégrée", ne résiste pas aux abattées d'eau et finit par s'effondrer ....quel malin, cet André, lui ,dort tranquillou dans la voiture.....
Bref, le matin, le moral est un peu entamé..... mais le soleil réapparaissant : nouveau breifing pour s'organiser ; direction " la Grande Candelle ", on verra sur place ce qu'on pourra faire…
 
Samedi départ des 8 grimpeurs du col de la Gardiole (sans les gros sacs « chouette »)
Objectif la Grande Candelle «  Arête de Marseille ».
Ha !!!! Changement de programme, ce sera la face Nord (oui le 5C très patiné du départ ça calme !) avec un retour prévu par Cap Gros.
Donc finalement le programme semble être plutôt court et cool pour finir ce week-end déjà bien rempli. Il est vrai que certains (débutants) pensaient disposer d’un Sherpa, et bien non chez As’pyr tu porte ton sac (Aïe…Aïe…Aïe…mes mollets et mes épaules….).
Après une marche d’approche très sympa, par le sentier de l’Esteret, nous voici au pied de la majestueuse Grande Candelle, mais pas facile de trouver le départ de la voie (avec Pascal il faut le savoir, c’est toujours comme ça…).
Trois cordées se mettent en route, et sans difficulté nous nous retrouvons au sommet avec une vue magnifique, à l’Ouest face à Marseille, les iles du Frioul, à l’Est Cassis et le Cap Canaille.
La mer, le soleil, la montagne, les couleurs, les odeurs, tout y est !
Un petit casse croûte (Ha les odeurs c’était peut être ce fromage qui fermente depuis trois jours…) une photo et on installe un rappel.
Maintenant direction Cap Gros, pour une ascension en 3L, mais les nuages sont de nouveau au rendez-vous, il va falloir faire vite…
Jean et Maylis décident de faire demi tour pour assurer leur repas du soir, Armelle les accompagne jusqu’à la voiture, nous leur pardonnerons plus tard ce petit écart.
Nous partons à 5 en courant jusqu’au Saut du Chat, arrivée au pied de la voie «  Le Fil du Rasoir » la première cordée (Pascal, Alain et Franck) attaque la voie jusqu’à L1, suivie de Didier et André… Mais le vent et les nuages sont maintenant très menaçant, on décide d’abandonner la voie rapidement.
Et là, vitesse entraîne précipitation qui entraîne sacs de nœuds….mais que font-ils ? Mais qui fait quoi ? Heureusement Franck tient le nœud !!!! Mais quel nœud ?
Le rappel enfin installé, nous redescendons tous les 5.
Avant de rebrousser chemin, Pascal propose de descendre jusqu’à la Calanque de L’œil de Verre. Pour info, l’œil est tout petit par contre la descente ne donne pas envie de remonter !
Donc direction La Lèque, un lieu magique avec pour objectif se baigner…Mais avec Pascal pas facile de trouver l’accès. Nous nous engageons dans une gravière, pour nous retrouver bloqués au bord d’une falaise (30 mètres) dégoulinants de sueur !!!
La plage est là, juste en dessous encore plus magique que prévu (nous n’oublierons pas cette Sirène échouée sur le rivage).
Eblouie par celle-ci André installe un rappel sur un arbre en un clin d’œil….Problème comment allons nous remonter, si nous ne trouvons pas un chemin en bas?
Le « Stop boat » proposé par Alain et Didier étant abandonné, on se dirige sur la Calanque des « Maillots tombés » pardon des « Pierres tombées » (plage naturistes).
Après s’être équipés du maillot de bain local, on peut enfin se baigner !!!!
« Il faut qu’on s’organise » Nous n’avons plus rien à manger et pratiquement plus d’eau…Et ne savons toujours pas comment nous allons rentrer.
« Allo Armelle, est ce que tu pourrais continuer à surveiller la voiture mais du port de Morgiou ? »
Et voilà, il ne nous reste plus qu’à enchainer la Calanque de Sugiton pour arriver à la Calanque de Morgiou, terminus tout le monde descend.
Sauf qu’à 5 minutes du port, on passe devant le site de l’Abri Cotier. Comment empêcher
Pascal et Didier à peine fatigués de finir par un « Fight », Fée-Lyx 7A+.
Objectif : toucher la 3ème dégaine coûte que coûte aux assureurs…
Après la pose de la première dégaine par le bras télescopique de Franck, le reste ne s’enchaine malheureusement pas du tout. Ce n’est pas grave, le port de Morgiou et là avec l’indispensable et patiente Armelle qui va non seulement nous ramener mais qui en plus nous a réservé une table dans un petit restau où le rouget est déjà en train de cuir « Patron un Ricard sinon Deux »
Nous l’avons bien mérité, quelle journée !!!!!
A 22h nous trouvons un endroit pour bivouaquer. Bonne Nuit à tous…..Pas de chance cette nuit il pleut !!!!!!
Le lendemain matin, avant de partir nous allons retrouver Jean et la civilisation, chez son frère que nous remercions tous pour son accueil et son grand petit déjeuner.
PS : Pascal je pense que nous sommes tous d’accord que c’était génial d’ailleurs nous voulons tous y retourner, un seul bémol….Pour le prochain bivouac vérifie qu’il y a des douches, un réchaud, et des consignes pour déposer les gros sacs….
 
Merci à tous
 
Didier, Maylis et Jean