AS'PYR

Canyon en Catalogne 2016

  




Samedi 23 :
Pour ce raid en pays catalan, départ de chez Alex 9 h, enfin 9 h 30 voir 45! Tout le monde est là ! Alain, Alexandre, Franck et François pour ce nouveau voyage chez les catalans espagnol, camp de base Ripoll au Trobada Sport Hôtel. Mais avant d’y arriver une petite halte côté Français pour descendre le Thuès, le seul canyon d’eau chaude en Europe et c’est vrai que dame nature fait bien les choses !
Des vasques avec de l’eau entre 40 et 25°, nous avions mangé notre pain blanc côté chaleur. Une heure de descente entre petit rappels et toboggans et nous arrivons presque à l’aplomb de la voiture.
Encore un peu de route et nous sommes arrivés à destination, pas le temps de dire ouf la responsable de l’hôtel nous montre notre chambre, le garage pour faire sécher notre matos, la liste des restos.
Vraiment l’accueil est super et nous ne sont pas au bout de nos surprises.

Dimanche 24 :
Réveil 8 h, petit déjeuner gargantuesque, nous trouvions que 8 euros c’était cher, mais là !!!!! Les plus pingres ne trouveraient rien à redirent.
Tout à volonté, même la charcuterie catalane que nous apprécions, surtout Alex. Surprise, nos chaussures se sont remplies de papier journal pour sortir l’humidité ! Y a pas à dire cette hôtel est super.
Départ pour le Corva, à 13Km de l’hôtel c’est bien, Thomas, celui là juste pour sa marche d’approche t’aurait plu. Tout au PIF ! Une vraie approche sanglier dans une forêt dense où les champignons doivent pulluler, à l’inverse des sentiers!
Bon sauf que nous on est sortie de là, griffés de partout et physiquement déchiré ! Mais l’heureuse rencontre de deux collègues canyonneurs ibériques nous remettent sur la bonne approche et réalisons que nous faisons la super intégrale !!!!
Mais tout va bien l’entrée du canyon est là, un bon casse croute et c’est partie pour 3 heures de descente, de beaux rappels 28m pour le plus grand çà nous remet dans le bain le tout sous un soleil radieux.

Lundi 25 :
Pour cette journée, le pas de l’escalell, on se croirait en sierra de Guarra. Une jolie faille où l’on accède en voiture par une piste à flan de falaise, le coin vaux le coup d’œil.
Tu arrêtes la voiture sur un magnifique plateau d’herbe et tu tombe direct dans le canyon, pas de lézard pour l’approche. Canyon de 3 heures sympa avec marmites et rappel de 27 m en final. L’affaire est pliée dans les temps, ce qui nous en laisse pour visiter les alentours.

Mardi 26 :
On change de secteur, direction Olot et de Torrente de Ginébrar, le temps n’est pas au beau fixe comme la veille mais bon nous attaquons notre marche sur un sentier bien visible entre couper de pistes forestières. Un point sur la carte faut-il aller à droite ou gauche ? Et là encore, l’ibérique tombe à pic ! Une classe verte sort du brouillard avec la carte qui va bien !
Deux photos et c’est reparti sur un sentier de km vertical où avec notre barda ce n’était pas gagné. Voici l’entrée du canyon, il est un peu tard mais nous décidons d’attaquer la première partie faite de grande dalles et amarrages sur arbres ; sans difficulté nous arrivons vite à la seconde plus engagés une grande dalle de plus de 170 m avec plusieurs relais.
Un coinçage de corde et une corde trop courte pour arriver au relais suivant nous arrivons à la marche de retour, sanglier bien sûr et à la frontale s’il vous plaît ! Un bon resto à bien deségares à Olot et nous sommes de retour à l’hôtel vers minuit où nous apprendrons plus tard que la patronne s’était inquiété pour nous ; quand je vous le dis que cet hôtel est super !

 Mercredi 27 :

Torrent del  forat  négre, marche d’approche sur la route d’où l’on contemple la faille calcaire que nous allons descendre. Surprise, sur les panneaux d’entrée du canyon nous apprenons que ce canyon est payant ! ! !? (Tout fout le camp). Bon pour ce coup-ci on fera un tour de manège gratos. Canyon très ludique, malheureusement les vasques ont été remplies par du gravier lors des dernières crues. Avec une eau très froide et un fond de l’air qui lui non plus ne nous fais pas de cadeau.

Jeudi 28:

La dernière grande difficulté du séjour, le Cavorques ! Même secteur que le Ginébrar, mais là au lieu de monter depuis la vallée nos éclaireurs (les deux A), trouve une piste pour pouvoir attaquer le canyon par le haut. Conditions météo  extrêmes  (4° pour l’air et de la pluie pour arroser le tout), c’est trop pour moi, je ferais la navette. Marche d’approche pas évidente quand même, pas de classe verte ce coup-ci à la rescousse et c’est l’attaque de la descente sans la première partie qu’à cela ne tienne, c’est la seconde qui motive le groupe. Une grande dalle avec plusieurs relais dont certain nécessitent de penduler. Il faut sur ce canyon particulièrement se méfier des encrages sur souches  pour éviter les bûches !  Quoi qu’il en soit l’équipe arrive à l’heure prévue à la voiture.

Vendredi 29 :

Ce coup-ci c’est le retour, une pose piquenique au bord de la mer en face de  la maison de Dali et nous voici de retour à Pau. Y a pas à dire, il n’y a pas que l’hôtel qui était super.