AS'PYR

Chamonix Zermatt


JEAN-PIERRE, MAYLIS, GILLES ET JEAN constituent la dream team qui se lance dans la mythique traversée de CHAMONIX à ZERMATT.



MERCREDI 14/04:voyage sans probléme jusqu'au refuge ALPIN DU TOUR à ARGENTIERE si ce n'est JIPE qui est constipé et balloné, je vous laisse imaginer les conséquences pratiques de la chose...

JEUDI 15/04: départ à 8h30 dans la benne des GRANDS MONTETS, premiére confrontation avec l'altitude, les sacs pleins et la neige profonde...ça tape fort dans les cuisses et dans la tête, dépose de matos au refuge d'ARGENTIERE et ascension du col du tour noir avec une belle redescente au milieu de notre premier glacier crevassé dans une poudre un peu lourde .

JIPE est toujours aussi constipé ; pauvres de nous !!!

VENDREDI 16/04: les choses sérieuses commencent , remontée du glacier du CHARDONNET jusqu'au col du même nom,la redescente se fait le long d'une corde fixe qui courre le long d'un "rail" de 2 métres de profondeur dû au passage régulier des skieurs (qui ne skient pas !!!), on y croise un hurluberlu sans équipement , pas stressé pour 2 sous , qui découvre les manoeuvres basiques de sécurité...y'a vraiment de la chance pour la canaille !!!

MAYLIS n'a pas trop aimé ce passage pourtant fort ludique , d'autant qu'elle était "pressée" par un jean-foutre assuré du haut par son guide perso.

bon ski dans la combe au bas de laquelle JIPE réalise qu'il a perdu son appareil photo,il en sera quitte pour tout remonter pour retrouver son appareil...quand le sort s'acharne sur vous...passage de la fenêtre de SALEINA et repos à la cabane du TRIENT qui n'a rien d'une vulgaire cabane; petit salon avec fauteuils acceuillants pour siroter votre boisson de récupération, toilettes séches "dernier cri", on aurait pu y passer un jour de mauvais temps.

SAMEDI 17/04:remontée courte mais tonique du col des ECANDIES, MAYLIS  qui ne quitte plus GILLES d'une semelle (faut dire qu'ils sont encordés ensemble ) paufine sa technique alpine.

du col s'ouvre le val d'ARPETTE et ses 1200 mts de descente vers CHAMPEX.

GILLES et MAYLIS  optent pour la neige au soleil , résultat :chaussettes au fond des chaussures

JIPE et moi pour les contre-pentes à l'ombre ; c'était pas mal , vraiment pas mal du tout !!!!

le taxi nous attend pour le transfert à BOURG SAINT PIERRE  et nous attaquons gaillardement les 1500 mts de montée jusquà la cabanne de VALSOREY à 11h30 (marre des levers tôts ) par 2 heures de portage.

en chemin , on profite d'un ruisseau pour une toilette intégrale...de vrais gitans au redémarrage avec le caleçon , les chaussettes le tee shirt qui séchent sur les skis (d'où l'intérêt parfois du portage).

bon an mal an , on arrive au pied de la derniére difficulté : la cabane est en vue , il ne reste qu'un mur de 500 métres de dénivelée à avaler qui sera diversement digéré (GILLES et JIPE ont des problémes gastriques )

A l'arrivée , nous sommes acceuillis par un "adiou" qui résonne familiérement à nos oreilles : un des gars du refuge est montois , moniteur de kayak ayant sévi sur la base nautique d'ORTHEZ et connait la famille LAPEZE...tu parles d'un dépaysement et d'un séjour incognito !!!

bonne soirée avec 2 couples de français qu'on ne sera pas mécontent de retrouver le lendemain .

DIMANCHE19/04:600mts de montée pour se mettre en jambes pour arriver sous le GRAND COMBIN, belle descente, remontée au col de SONADON et là .....grand blanc , c'est bête, c'est juste au moment de traverser un glacier crevassé en zig zag , oui vraiment c'était mal organisé cette animation "orientation" un jour de brouillard !!!

bref, séance de GPS qui s'obstine à nous mettre à 100 mts d'où nous devrions être...avec les crevasses béantes qui n'attendent que de nous happer tout cru (c'est pour mettre dans l'ambiance ) .aprés une période de tergiversations répétées, nous voyons apparaitre nos collégues de la veille qui eux, savent où ils vont , on les suit sagement en évitant de les chambrer , on verra ça ce soir..

arrivée à la cabane de CHANRION acceuillante comme une prison suisse allemande protestante: à peine un sourire , un silence de plomb , tout nickel et propre comme un sou neuf  qui fait comprendre sans mot dire qu'il faut que ça reste dans le même état, bref pas super super convial , en plus y'a 4 anglais pas du tout risou et 2 suisses allemants limite antipathiques : on ne reste pas à CHARION même pour les yeux magnifiques de la serveuse.

LUNDI 19/04:on remonte le glacier du BRENAY , tous seuls, c'est fantastique , on arrive au pied du sérac qu'il faut franchir par la gauche en frnchissant un verrou raide de 200 mts ,YOUPI, c'est la fête des piolets et des crampons ...

la suite du glacier nous améne au col du BRENAY d'où nous expédions l'ascension de la PIGNE D'AROLLA 3790 mts puis redescente directe sur la cabane des vignettes : c'est fou , à cette altitude, on a la sensation que le coeur a migré dans le cerveau et que les muscles des cuisses ont migré on ne sait où...

La cabane des vignettes est encore plus luxueuse que les autres , c'est même limite trop !!!

on finit la soirée par une dégustation d'ARMAGNAC (GILLES) de GENEPI (des français sympas) et un alcool suisse à base de poire ( un couple de suisse ) sympa

MARDI 20/04:superbe descente du col de l'EVEQUE jusqu'au plan d'AROLLA à travers le haut glacier d'AROLLA, pui longue, longue, longue remontée vers la cabane de BERTOL où GILLES nous a dit qu'on serait peinard....tu parles, c'est "blindé" de trouffions qui balisent la course de la patrouille des glaciers et c'est là que le drame survient , brutal , sans même prévenir le con ; GILLES,  sans doute troublé par l'altitude (je ne pense pas que ce soit par les beaux militaires) se baisse et en se relevant s'ouvre le crâne quasi en deux sur l'espagnolette de la fenêtre....il essaie de négocier pour que ce soit le médecin femme des militaires (pas moche du tout ) qui le suture mais je ne veux pas déranger la collégue : je lui fait ça vite fait , à sec dans la chambre (la sututre , s'entend ) sous l'oeil médusé d'un japonais canadien présent .


MERCREDI21/04:c'est la derniére journée , elle sera magique , nous partons les premiers de BERTOL ( y'a grosse descente prévue et on voudrait être les premiers ) on trace jusqu'à TETE BLANCHE et de là descente de folie en neige poudreuse (il a neigé 15-20 cm pendant la nuit) sur le glacier du STOCKJI piqueté par les militaires (même pas peur des crevasses !!! ) jusqu'à ZERMATT.:2000 mts de descente BANZAÏ !!!!

MAYLIS, qui n'est plus encordée à GILLES, se perd à l'arrivée , mais on la retrouvera, je rassure les parents.

Retour à ARGENTIERE  par le train, non sans avoir fait un bon repas de röstis arrosées de biére à, STAHL, des souvenirs pleins la tête et quelques odeurs en plus..

magnifique raid pour l'organisation duquel on ne remerciera jamais assez GILLES , même le beau temps était prévu , si c'est pas trés trés fort comme organisation ça ....

une pensée pour DEDE qui avait du renoncé au dernier moment en délicatesse avec un de ses genoux.

ps: JIPE allait mieux en fin de raid , plutôt rassurant pour le long retour en voiture...