AS'PYR

Escalade en Ariège

4 JOURS DE GRIMPE EN ARIEGE 

Départ mercredi soir d'ORTHEZ , direction l'ARIEGE avec pour objectif l'exploration de sites d'escalade « pré repérés » sur des topos .
L'équipe est constituée de FRED , ALAIN , ANDRE, JEAN et MARITXU (qui n'est pas venue pour nous faire la popote , vaisselle et voiturage comme l'a cru MARIA , la gérante du camping de TARASCON où nous nous sommes posés pour les 4 jours ) c'est durant la halte alimentaire « chez TITINE » sur la route de SAINT GIRONS, que nous avons compris que nous arrivions dans un pays hors du temps : y'avait QUE de la musique des années 80 , ,,,les pauvres !!! bon, ALAIN connaissait toutes les chansons par coeur , ça a permis de se lier avec la patronne .
Arrivée TARASCON à 23 h , Montage des tentes à la lueur des phares , sous l'oeil de « BOB » dont on reparlera plus tard ,,, 

JEUDI: 


Atmosphère fraiche et humide , on va au rocher de CALAMES , à BEDEILHAC, 20 minutes de marche au soleil rassure l'équipe sur le déroulement météo de la journée
les 2 cordée attaquent « PRELUDE » voie D- 7 longueurs , histoire de tester les cotations , puis rapidement la cordée de 2 bifurque sur « PETIT NICOLAS » et rejoint « LES PERES TRANQUILLES » alors que l'autre cordée poursuit son petit
bonhomme de chemin en essayant de « griller » par qq relais sauvages une cordée étrangère constituée de ANTOINE 9 ans réalisant sa première grande voie ,,respect !
Tout le monde se retrouve au sommet , sous une vieille tour cathare des plus esthétiques sur les photos redescente et remontée des 3 longueurs pour le fun sur « RIOBY » D + 

VENDREDI: 


il fait toujours aussi frais le matin , mais là, ça ne rigole plus direction QUIE DE SINSAT , pour explorer « L'INTEGRALE D'ANAIS « 45 minutes d'approche très raide , sous le soleil , on arrive sous le PUBIS et on comprend déjà que « c'est pas pareil que la veille ,,, » , les 3 gradins nous dominent « ça fait haut quand même !!! »
1° gradin , on choisit prudemment d'emprunter « L'AMI SERFOUETTE « cotée 5b -5c-5b-5c , dés les premiers pas , les grimpeurs en-tête demandent si le topo n'inverse pas les cotations !!!!! et ben non ! C'est bien du 5c après ,,,
2° gradin , fort de notre expérience du premier gradin , on choisit « AINSI SOIT ELLE « 5b-6a-5c , comme c'est dit dans les topos : »jolis pas de 6a bien protégés « en clair , tirage de clou efficace possible en cas de doute sur sa valeur intrinsèque de passer sans prendre un vol , enfin arrivée au pied du 3° gradin , on n' a fait QUE 7 longueurs et il reste encore 6 longueurs dont une 6a+ et 5c+ pour sortir ,,,,,,le vent se lève , le soleil se couche , la bière commence à réchauffer, personne n'a amené de frontale , bref on décide de redescendre ,,,, et là , sur le dernier rappel , alors qu'on est suspendu tous les 5 comme des m,,,sur un relai TRES inconfortable , le 2° rappel se bloque à mort ,,,dans la voie d'à coté : une 6C !!!!
moment d'ambiance et de grande solitude ,,,,,on avise une espagnole qui passait par là et hop , comme qui rigole nous libère la corde dans le 6c ,,,une mutante surement ,,,,
retour au camping où « BOB » , l'ancien commando-para qui a fait le mercenaire avec BOB DENARD ( d'où le surnom , vous l'aurez noté ) nous prête un barbecue antédiluvien tout en nous expliquant qu'il avait suivi notre arrivée nocturne de son cabanon , très bien équipé en matériel de combat ,,,,on frémit rétrospectivement , une carotide tranchée , c'est si vite arrivé ,,,avec « BOB » !!! 

SAMEDI : 

A part un ALAIN très motivé , la troupe préfère tester le site granitique d'AUZAT plutôt que de se relancer dans une grande voie à SINSAT le site est sympa , à l'ombre , prés des voitures ,avec plusieurs voies en 3 ou 4
longueurs , mais n'en impose pas autant que les 2 sites précédents y'a du dur voire du très dur ,nous , on a beaucoup batailler dans un 6a+ où les différentes figures de style ont fait l'objet d'une cotation , incluant note de
technique , de style , de cris divers et variés ,,,,au final , le style « bourrat » avec un gros « HAN » est celui qui paraît le plus efficace , notons la présence d'une belle espagnole , pas seule malheureusement, qui a beaucoup nuit aux performances de certains mis à part MARITXU 

DIMANCHE: 


Lever très tôt pour pouvoir plier le camp et profiter de la dernière journée on a faillit jamais partir et déplorer 3 blessés à l'occasion de la fermeture de la nouvelle tente de MARITXU : tente DECATHLON . 2 minutes à ouvrir , 2 plombes à fermer , faut dire aussi qu'il n'y avait que des intellectuels qui essayaient de suivre scrupuleusement la notice (ce qui tout à fait déconseillé ,,,) BREF , après avoir risqué denfinir définitivement empaqueté dans la dite tente ,
direction BEDEILHAC où la cordée de 2 attaque »RIO »5 longueurs TD, pour la cordée de 3 , « PILIER DES CATHARES » 7 longueursTD- 200 mts initiation douce au terrain d'aventure chaleur de plomb , tout le monde se réfugie à l'ombre ,dans le camion ,fenêtres ouvertes , autoradio à fond , et retour à ORTHEZ avec , pour tous , l'idée de revenir
en ARIEGE

Jean