AS'PYR

Géorgie- Mt Kazbek

 
 
Nous sommes 6 (Fred, Alain, Gilles, Jean-Claude, Vanessa et moi) + 2 guides (Agence russe : Newroute) Constan et Irina pour ce voyage de 2 semaines (30/03 au 12/04) en Géorgie. L’objectif du séjour étant l’ascension du Mont Kazbek, « volcan endormie » à 5033m. C’est le 4ème plus haut sommet du Caucase et le 2ème de Géorgie dont il marque la frontière avec la Russie.
 
Départ de Toulouse le samedi matin à 10h, escale à Rome (visite) et atterissage à Tbilissi (capitale) où nous sommes accueillis par Alexey (responsable de l’agence et parlant français), Irina et Constan (parlant russe et anglais). Direction Gudauri, à 120 km de Tbilissi (station de ski à 2100m) où nous passerons les premières nuits de notre séjour.

 
 Dés le 1er jour de notre arrivée, malgré la fatigue du voyage et le manque de sommeil, nous skions les belles pentes de la station sous un magnifique soleil.
 
Le lundi, nous montons au monastère Lomisi Church (2100m) perchée en haut d’un col. Nous sommes accueillis par des moines (orthodoxe) où nous partageons nos repas. Après une montée rapide à toute crête, la descente s’avérera excellente !
 
Mardi, une belle journée de ski de rando avec un sommet dépassant les 3000m. Du soleil et de la neige de printemps excellente. 1300 m de dén.
Au retour (voiture), nous nous arrêtons sur une plateforme soviétique à l’abandon, couverte de fresques. Elle offre de superbes vues notamment sur des canyons.
 
Mercredi, départ de la station de Gudauri (remontée mécanique+ 200m de peaux) pour atteindre un col à 2900m. Descente dans une neige moyenne où nous attend le taxi.
Direction la ville de Kazbégui (1700m) au pied du Mont Kazbek. Visite de la ville et achat de quelques vivres de courses pour 3 jours en autonomie.
 
Jeudi, départ vers 8h de Kazbégui (nuit chez l’habitant) où une longue journée nous attend. Les sacs de 3 jours nous pèsent et nous avons 1850m de dénivelé à faire pour atteindre le refuge Betlemi Hut à 3657m (ancienne station météo construite dans les années 40 sous Staline).
La montée est bien sûr magnifique et le soleil est avec nous toute la journée. A notre surprise, le refuge s’évérera moins vétuste que prévu, voire même confortable !
 
Vendredi, journée d’acclimatation où nous dépasserons les 4300m. Le paysage laisse sans voix : séracs, glaciers… tout est surdimensionné…. Soleil magnifique et du très bon ski à la descente. Nous sommes tous prêts pour tenter le sommet le lendemain.
 
Samedi, départ en pleine nuit avec nos frontales. Le ciel est étoilé, pas trop de vent…. La journée s’annonce belle. Le spectacle à l’aube est de toute beauté. Nous progressons tranquillement, chacun son rythme. Nous arrivons à un grand plateau et apercevons le sommet, il ne fait pas chaud du tout, le vent est en plus de la partie. Nous attendons Gilles et Jean-Claude qui arriveront bien après nous. Cette fois ci, la météo n’est plus avec nous. Brouillard, vent, froid… Nous chaussons les crampons et décidons de continuer quand même. Les conditions se dégradant au fur et à mesure de notre progression, nous décidons à l’unanimité de faire demi-tour à 4700 m. Heureusement, nous retrouvons les skis à l’aide du GPS de Constan et entamons notre descente à skis dans des conditions difficiles. Jean- Claude n’est pas au mieux, Irina se retrouve dans une crevasse après avoir enlevé les skis, la corde dans le sac ! Heureusement Fred la sortira comme il peut….La visibilité est meilleure et le décor est quand même splendide, de la haute montagne !
 
Dimanche, après une nuit bien réparatrice, il est temps de redescendre. Nous entamons la descente avec nos gros sacs. Nous repérons une belle combe, bien exposée, qui ne demande qu’à être skié. Les peaux sont misent sur les skis et nous montons légers (un p’tit sac pour deux) pour atteindre rapidement (nous avons tous une forme olympique !) un joli sommet. 800m de descente extra nous attend avant de récupérer nos affaires. Que du bonheur !
 
Nous cassons la croûte et entamons le reste de la descente dans une neige de plus en plus lourde voir inskiable. Retour à la civilisation, avec la visite de la chapelle de la Ste trinité (tsminda sameba) qui surplombe le village de Kazbégui. Encore un monastère… avec un très beau point de vue.
Il nous reste 400m de portage pour atteindre Kazbégui.
 
Trois journées bien remplies où nous apprécierons la très bonne cuisine géorgienne (nous avions amené des lyophilisés de France).
 
Lundi, journée de repos prévu au programme. La météo se dégradant à partir de mardi, nous faisons une dernière rando.
20 mn de voiture et nous voilà au départ d’un magnifique plateau sans neige…. Portage dans de très beaux paysages et long…plat avant d’attaquer les pentes intéressantes pour le ski. Il fait très chaud, la neige n’est pas top, Fréd qui a oublié ses lunettes décide de nous attendre au soleil. Nous continuons et on s’arrête pour manger. Vu les conditions, une partie du groupe décide de descendre. Nous continuons, Constan, Alain, Jean-Claude et moi jusqu’au sommet. Nous ne regretterons pas notre choix, la neige est de toute façon inskiable mais le paysage est toujours aussi beau.
 
Mardi, première journée sans skis depuis notre arrivée.
Visites au programme : musée de Kazbégui, église, promenade à pied pour aller voir une grande cascade…
Retour à Gudauri et passage du Col de la Croix (2395m) de nuit et sous la neige, sachant que ce ne sont pas les routes goudronnées comme chez nous… Col séparant géographiquement le Sud et Nord Caucase.
 
Mercredi, le temps est maussade, nous faisons un petit tour rapide dans la station en prenant les remontées avant de prendre le chemin du retour pour Tbilissi. Nous en profiterons pour faire un peu de tourisme au passage. Soirée très sympa à Tbilissi.
 
Jeudi, visite de la capitale et levé à 2h pour prendre l’avion en direction de Rome et Toulouse.
 
La Géorgie est un pays magnifique pour le ski de rando. Des vallons très sauvages où nous n’aurons croisé aucun randonneur (hormis 2 alsaciens à Betlemi Hut).
 
Maylis.