AS'PYR

Mini Raid Marcadau 2015

Sept aspyrateurs au départ de ce mini raid concocté par "el présidente" GILLES , dont ,SANDRA , VANESSA, NATHALIE,DOMINIQUE, BRUCE ET JEAN , puis le cheptel tomba à 5 en cours de séjour avec la défection de SANDRA qui avait djembé et BRUCE lessivé après sa descente de la face nord de l'AFFRON (mais nous en reparlerons plus bas) le groupe faillit remonter à 6 après une tentative de racolage de XAVIER qui trainait par là, pour finir à 5 et même à 4 puisqu' une ultime gamelle , euh pardon , erreur de care, dans les tous derniers mètres faillit nous priver de notre cascadeuse préférée.

JEUDI, il fait beau, chaud, temps idéal pour une bonne suée dans la montée toute relative vers le refuge WALLON. Sur un coup de tête, on décide d'aller faire le pic de l’AFFRON

BRUCE qui débute un peu en télémark, en rêve depuis qu'il est tout petit (même avant si ça se trouve) bref ça envoie terrible dans cette montée exigeante tant sur du mental que de la cuisse



N'en n'ayant que 2 (cuisses) on doit s'arrêter 200 mètres sous le sommet , c'est à dire sur la pré-antécime, pour être plus clair juste là où ça devenait vraiment intéressant mais bon , y'avait bière prévue au refuge , y se faisait un peu tard, et les filles avaient décidé que de là ça allait pour faire la descente ...bien, bien....

BRUCE, sans doute frustré de ne pas valider ce sommet mythique sur son carnet de courses, ne cache pas sa déception , et tournant ses spatules vers le bas se lance dans un ride d'enfer dans la face NORD, avec moi à ses trousses ...pour faire les photos bien sûr..., du coup , on perd nos petits camarades qui font la face NORD NORD entre rochers et sapins agrémentée, selon certaines mauvaises langues , de quelques figures de style.
 
VENDREDI : c'est le jour de l’éclipse, et pour être sûr de ne pas la rater, direction le pic ALPHONSE MEILLON 2930 mts dédié à ce fameux pyrénéiste né en 1862, originaire de CAUTERETS topographe à ses heures perdues.

Superbe remontée dans la combe d'accès malheureusement abritée du soleil à l'heure idéale et donc éclipse de l'éclipse si on peut dire.

BRUCE, toujours pas remis de son but à l’AFFRON, stoppe 200 mètres sous le ressaut final et rentre avec SANDRA noyer son chagrin dans la grappa: je crains qu'il fasse désormais un blocage psychologique à l'arrivée sous les sommets.



Retour par le chapeau d’Espagne, la neige de la redescente nous convainc tous de l'intérêt des skis larges même, et surtout, DOMINIQUE qui avait laissé ses 2 cuisses dans la descente précédente.

 SAMEDI : selon le gardien du refuge; il fait peut être beau mais peut être pas, en tout cas, ce sera mitigé avec de la neige et des éclaircies : une météo idéale en fait.

Pour aujourd’hui, ce sera le pic de CAMBALES, mais au fur et à mesure que l'on progresse, on se demande quand même si on ne va pas rentrer "a case" plus vite que prévu.

De tergiversations en hésitations voire en supputations , on opte finalement, sous la pression joviale de NATHALIE, pour la méthode coué (et pas CAUET pour les plus jeunes d'entre nous) qui tire son nom du bien brave Emile coué de la Châtaigneraie (1857- 1926).psychologue et pharmacien français : " si je crois qu'il va faire beau, il peut faire beau" et à la surprise générale , on atteint non seulement le sommet ,2960 mts,mais à skis en plus et sans vent...............c'est bon ça !!!



On se dépêche un peu dans la descente car la méthode Coué a quand même ses limites et toute cette histoire se terminera dans un brouillard à couper au couteau, sans anicroche jusque qu'au refuge.


Là , c'est le calvaire: il faut subir la présence de XAVIER et ses acolytes , qui passaient par hasard, s'alcooliser avec eux à coup de bières et de vin chaud pour finir par une interminable partie de tarot , c'est simple , il y des fois où on préfèrerait dormir au refuge "le dormeur" dans le froid l'humidité et la solitude, histoire de ne pas être obligé de faire bonne figure !!!
 
DIMANCHE, re-méthode météo à"mimile" avec un résultat rapidement décevant puisqu'il a fallu sortir toute la science de progression dans le brouillard pour trouver ce foutu col de la CARDINQUERE et entamer une descente de folie dans une neige pourrie avec une visibilité qu'on peut qualifier de négative puisqu'on n'y voyait moins que rien ; nous en avons été réduits à suivre des traces de montée, c'est dire ...

Mais le clou de journée restait à venir avec la descente du bois rejoignant le plateau de GAYAN , on a failli déplorer une noyade lors de la traversée du torrent due à une chute fort inopportune , à l'endroit où il ne fallait vraiment pas , mais bien heureusement , la star du jour rétabli la situation à temps...de toute façon personne n'était décidé à aller la chercher si elle avait chu là ...eh oui , c'est pas très très charitable mais c'est que ça meule dur , l'eau de fonte ...

Le long retour en faux plat descendant et montant sur une neige collante , laissa à chacun le temps de méditer sur les vertus de la pratique du ski de fond ... personnellement , je ne suis pas fan du tout mais d'aucune ,se laissant griser par ces nouvelles sensations , toute proche de l'extase , en oublie quelques détails techniques et se vautre lamentablement devant tout l'aréopage réuni au risque d'y laisser un genou...franchement , avoir surmonté toutes les épreuves de ce mini raid pour en arriver à ça , çu été dommage !!!

Tout cela se termine au bar devant qui une crêpe à la confiture d'orange grand marnier, qui une crêpe au chocolat avec sa petite boisson bulleuse : une belle conclusion pour un mini raid optimisé de façon magistral par GILLES.



Un grand merci à tous les participants et les guest stars ...au fait, c’est quand qu'on va où la prochaine fois ?
Jean