AS'PYR

Raid Panticosa

Participants : Alain, Fred 1er

L’idée initiale d’aller au Carlit est bien vite balayée au vu du BRA local, une velléité dans les Encantats est également rapidement écartée et le Carlit se transforme alors en Vignemale.




La première étape de notre périple nous amène de Banos de Panticosa aux Oulettes de Gaube, via le col de Hiello et les Mulets. Si l’enneigement parait satisfaisant du côté du Garmo Negro, il n’en pas de même côté vallée du rio Ara où nous slalomons entre rochers, heureusement on trouve une bonne neige préservée en redescendant du col des Mulets.

Le lendemain nous envisageons une exploration du côté du Chabarou, quelques brèches ayant attiré notre attention mais le soir au refuge nous rencontrons un montagnard solitaire et averti qui nous prévient qu’il y aura du vent avec des rafales à 100km/h. Effectivement au petit matin ça buffe (comme on dit dans un pays lointain et plat) de partout. Nous révisons nos objectifs et optons pour le col des Oulettes puis celui d’Aratille. Traversée traditionnelle qui dans ces conditions se révèle acrobatique puisque le col des Oulettes sera franchi… à quatre pattes, pour les moins lourds du moins… Nous parvenons tout de même au refuge de Wallon malgré une descente du col d’Aratille infecte.

Au refuge nous rencontrons un couple de basques espagnols à la retraite très certainement. Les relations ont d’ailleurs bien mal démarrées, faut dire qu’ils étaient montés au dortoir en chaussures de skis, inadmissible et inconcevable pour certains (m’enfin c’est quoi ces manières !!) mais une fois l’explication donnée, les relations se réchauffent et ceux-ci nous apprennent qu’un nouveau refuge s’est ouvert l’an dernier au bord du lac de Bachimana. Tiens donc ! pourquoi n’irions-nous pas tester d’autant que côté français le temps vire bizarrement au maussade et l’on est même gratifié de 0.3 mm de poudreuse pendant la nuit...

Nous partons donc au petit matin (11h) en direction du port du Marcadau et nous mettons en quête de ce fameux refuge qui tranche avec Wallon. Tout est flambant neuf, c’est chauffé, il y a même des douches, les dortoirs ne sont pas des cages à poules et surtout il y a de la bière…

Pour notre dernière étape nous décidons après moult tergiversations de passer par le col de Batanes pour rejoindre la descente que connaissons déjà du col de Labaza. Le gardien, photos à l’appui nous explique le chemin et nous avertit que certains téméraires étaient passé par là 2 jours auparavant et avaient massacré leurs skis. Très bien, allons voir si on peut les massacrer aussi… Une fois le col atteint nous ne résistons pas à gravir le sommet voisin et à la descente surprise ! Nous croisons le couple de Basques espagnol qui nous remercient chaleureusement pour la trace de montée, dire que ça si mal commencé entre nous… Malheureusement le temps de la séparation est arrivé et un « Feliz anos » plus tard nous partons vers la civilisation, alors que eux, heureux retraités…

Nous entamons alors cette dernière descente, d’abord à flanc aux dessus de quelques barrounettes puis dans la large combe menant au lac de Labassa et pour une fois nous sommes heureux que quelques mécréants aient déblayée la poudreuse nous permettant ainsi de sauvegardé nos skis…

THE END